AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci de mettre vos fiches relationnelles [Facebook] à jours régulièrement !

Il est vivement conseillé de s'orienter vers des personnages d'origine modeste et
d'intelligence moyenne afin d'équilibrer les catégories.

Partagez | .
 

 Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...[P.V Miyuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☆☆★★★

Dossier Scolaire

CONTRÔLES PASSÉS : 191
CHAMBRE : 101


MessageSujet: Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...[P.V Miyuki]   Mar 6 Mai - 10:58






Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...~


Aya Ryuichi Feat Miyuki Harusame


La sonnerie venait de  retentir et c’est d’un cours, plus ou moins, soporifique qu’Aya  et ses camarades venaient de ressortir. Pourtant, le professeur de littérature avait proposé un sujet plus qu’intéressant. Le transhumanisme  était une question essentielle dans notre société actuelle. Toutefois, son discours traînait en longueur et était  par moment redondant. Même elle, qui d‘ordinaire était  si passionnée, devait avouer avoir échappé un ou deux bâillements. Enfin, maintenant cela faisait parti du passé, n’est-ce pas ?

Désormais, elle avait terminé son (très) court après-midi et un problème se posait : Quoi faire ?
Aller au parc fut évidemment sa première idée. Mais étonnamment, lorsqu’elle vit le ciel s’ annonçant orageux elle préféra se rétracter. Bien, la bibliothèque serait donc l’endroit idéal pour occuper ses prochaines heures. De plus, cela l’arrangeait. En effet, l’un de ses travaux en littérature consistait à rendre un rapport sur une œuvre étrangère de son choix.  De plus, elle avait déjà une petite sur quoi ce porterait son choix…

Ainsi,  c’est donc sans plus attendre qu‘elle s'en alla en direction de l‘un de ses endroits favoris.
Ses petites et frêles mains poussèrent de leurs mieux les roues de son fauteuil. Malheureusement, bien que la volonté soit présente, la vitesse quant à elle lui avait fait faux-bond depuis bien longtemps. La faute à sa force physique égale à celle d’un moineau, et à son grand désarroi, rien ne pouvait changer ce point dû à sa faible constitution.
Alors, elle continua à son rythme et heureusement que la bibliothèque n‘était pas loin de sa salle de cours. Quelques minutes plus tard, elle arriva au domaine extérieur et emprunta, par la même occasion, la rampe pour handicapé avant d’arriver à destination.

Une fois arrivée dans l’immense pièce, elle constata qu’il y avait aujourd’hui peu de monde.
Plutôt rare, mais la miss ne s’en plaignit pas. La quiétude qui émanait de ce lieu lui procurait le plus grand bien.
Ainsi, elle salua la bibliothécaire,  avant qu’en tant qu’habituée de lieux elle ne se dirige dans les différentes rangées de livres tout en scrutant si des nouveautés n’avaient pas été ajoutés. Aya trouva un livre de Nagai Kafu, auteur du vingtième siècle qu’elle appréciait particulièrement, et le prit sans plus attendre. Lorsque son tour habituel fut terminé, la demoiselle se remit à ses priorités.

Aya  partit chercher l’objet de sa convoitise dans le rayon de littérature étrangère. Rapidement elle dénicha  l’objet de sa convoitise. Du Shakespeare voilà ce qu’elle avait choisi après mûre réflexion. La jeune fille avait longuement hésité avec des livres de la langue de Molière avant de trancher. « Songe d’une nuit d’été » fut son choix. Certaines connaissances lui avait conseillé cette pièce. Finalement, la curiosité l’emporta.

Sauf que voilà, un léger, très léger problème se présenta sous ses yeux. Bien entendu, rien ne pouvait être simple et le sort voulut que le livre se trouve à une étagère inaccessible pour son pauvre bras. Légèrement désappointée, la lycéenne observa longuement ce livre qui la narguait de mille feux. Si seulement elle avait pu se redresser -ne serait-ce qu’un peu- cela lui aurait épargnée cette situation … Pour le moins embarrassante. Les minutes passèrent et il était hors de question qu’elle s’avoue vaincue. C’est déterminée qu’elle sortit une règle de son sac avant de tenter vainement d’atteindre ce satané bouquin.

Elle tendit, à s’en décoller l’épaule, la règle en priant de tout son cœur qu’elle parvienne à ses fins. Déterminée, elle ne se rendit pas compte du ridicule de sa situation . Quand bien même la brune s‘en serait rendue compte elle n'y aurait guère prêté plus d'attention. De toute façon, il n’y avait personne dans les alentours… Alors, c'est avec beaucoup de concentration qu'Aya continua son petit manège espérant désespérément qu’un miracle se produise…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...[P.V Miyuki]   Mer 7 Mai - 23:31




Feat. Aya
Altruisme.

I'm here. Let me help you !
Uh. Voilà le seul mot qui, aujourd'hui, occupait à lui tout seul la pensée de notre blondinette. Ce jour-là, elle était blasée. Envie de rien. Travailler ? Non. Rire ? Non. Pleurer ? Non. A vrai dire, elle n'avait même pas envie de rien. Elle n'avait juste... Pas envie. Tout court. Même rien la blasait. Difficile hein, comme sentiment. Non seulement difficile à ressentir, mais aussi à exprimer. Je crois que je vous l'ai exprimé de la meilleure façon que je pouvais le faire. De toute façon, vous l'aurez compris : Miyuki avait vécu bien meilleur comme journée. Elle avait vécu pire aussi, mais bon, cela n'enlevait pas le dur sentiment qui l'envahissait aujourd'hui. Elle se sentait... Raplapla. Voilà. Elle n'avait pas beaucoup dormi. Elle était fatiguée physiquement et psychologiquement. Mais elle devait tenir.

Certes, la jeune fille n'avait pas eu cours aujourd'hui. Mais elle s'était quand même levée très tôt. Que dis-je... Elle ne s'était pas levée, elle s'était traînée hors de son lit chaud et douillet. Oui, parce que pour toute personne normale, se lever après une mauvaise nuit n'était jamais un jeu d'enfant. Malheureusement. Mais bon, Miyuki n'y pouvait rien, quand cela arrivait. C'était comme ça, et elle devait s'y faire. Demain serait un autre jour, ou pas. Mais dans ce cas-là, ce serait après-demain qui serait un autre jour. Et si ça ne marchait pas, il fallait juste qu'elle soit patiente. L'étudiante avait arrêté de poursuivre le bonheur. Elle l'attendait simplement. Après tout, la Terre était ronde. Tôt ou tard, il finirait par croiser notre jolie blondinette.

C'est donc dans ce jour bien gris (en tout cas dans sa tête) que la jeune fille se demandait comment passer le temps. Immédiatement, ce fut la bibliothèque qui entra dans son esprit. Un endroit la plupart du temps calme, où elle pourrait se réfugier dans un bon livre, ou travailler ses cours de Médecine. Ainsi, son énergie intellectuelle serait occupée, et ne pourrait pas lui pourrir les idées. Un très léger sourire s'esquissa sur le visage presque angélique de Miyuki. Très rapidement, elle se hâta dans sa chambre, pour chercher son petit ordi portable, qu'elle s'était achetée avec ses économies.

Puis, elle fonça vers le domaine extérieur en direction de la bibliothèque. Elle ne mit pas beaucoup de temps à arriver. Par contre, une fois à destination, elle avait les jambes en compote, bien sûr. Yes ! Il n'y avait quasiment personne. Avec un petit sourire, Miyuki posa son ordi sur une des tables de la bibliothèque, salua la bibliothécaire, puis observa les environs. Son regard se stoppa sur une jeune fille en fauteuil roulant. Une brunette. Elle faisait face au rayon des livres et avec une règle, tâtait le haut de l'étagère. Elle semblait vouloir attraper un livre. En observant bien, la jeune Harusame déduit qu'elle voulait un livre de Shakespeare, "Songe d'une nuit d'été". Sans attendre, elle se dirigea vers cette jeune fille et saisit le livre. Elle dût, cependant, se mettre sur la pointe des pieds pour l'atteindre. Une fois le livre dans ses mains, elle se tourna vers la brune en lui adressant un sourire. Elle ne voulait pas qu'elle comprenne qu'elle était triste et blasée. Son regard restait cependant mélancolique.

« Songe d'une nuit d'été, de Shakespeare. C'est bien celui-là que tu voulais ? Je m'appelle Miyuki. »

La jeune fille eut du mal mais finit par élargir son sourire. Il fallait absolument que son état d'esprit ne se voit pas. Puis, elle se mit à bâiller. Chouette, ça y est, c'était foutu. Avec ce bâillement et les cernes sur son visage, Miyuki était à coup sûr démasquée...  
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☆☆★★★

Dossier Scolaire

CONTRÔLES PASSÉS : 191
CHAMBRE : 101


MessageSujet: Re: Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...[P.V Miyuki]   Jeu 8 Mai - 3:44






Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...~


Aya Ryuichi Feat Miyuki Harusame




D’une volonté se révélant, certaine fois, sans borne la brunette ne cessa pas son combat. Elle se battit jusqu’au bout sans déclarer forfait. Ainsi, le miracle dû à son acharnement fut récompensé par le livre qui se présenta sous le bout de son nez. En réalité, sa détermination grotesque n’avait rien avoir dedans.  Cela fut uniquement possible grâce à l’intervention, presque divine, d’une jolie blonde. Pendant, une fraction de seconde la lycéenne parut surprise elle n’avait pas sentie la présence de la jeune fille.
Enfin, bien vite, elle se reprit. Calmement, elle rangea sa règle dans son sac, comme si de rien était avant de prendre le livre et offrir à son tour un délicat sourire à son interlocutrice. Aya hocha ensuite de la tête et prit la parole avec sa voix fluette.

-Oui, c’est bien « Songe d’une nuit d’été » que j’essayais d‘attraper en vain comme tu t’en doutes… La brunette échappa un rire cristallin avant de continuer. Ah mais,… Excuse-moi ! Je ne t’ai toujours pas remercié alors que sans toi je ne sais pas comment j’aurais fais. Ainsi, elle prit la main de la blonde toujours le sourire aux lèvres avant de reprendre. Tu peux m’appeler Aya… Hm, Miyuki-senpai ? Il me semble ne t’avoir jamais vue dans les couloirs du lycée. Donc je présume que tu es à l’université ? Enfin, qu'importe saches que je te suis reconnaissante.

Termina-t-elle chaleureusement en relâchant, par ailleurs, la main de la blondinette. En réalité, la lycéenne était gênée d’avoir encore eu besoin de compter sur l’aide de quelqu’un  pour une chose aussi insignifiante. Néanmoins, cela ne lui déplaisait pas le moins du monde que le Destin l’ait mise en face de la demoiselle. Par la suite, la lycéenne  se permit de la scruter. Des traits fins ornaient son visage et de jolie mèches blondes l‘encadrait. Oui, pour sûr, elle était agréable à observer sous ses airs angéliques.  A tel point, que sur le moment, Aya avait eu l’envie irrépressible de prendre son crayon et son carnet.

Toutefois, quelque chose clochait. La demoiselle n’était pas encore assez naïve, pour ne pas remarquer que la blondie ne semblait pas bien. Derrière son sourire, elle avait bien pu voir les cernes marquées et ces autres signes, tels que son bâillement, montrant, sans nul doute, sa fatigue. De plus, il y avait ce regard, qu’elle-même connaissait bien lorsque la tristesse l’envahissait. Pour faire court, il fallait être aveugle ou stupide pour ne pas déduire que cette jeune fille n’était pas « dans son assiette ».

Mais, que pouvait-elle y faire ? Il était hors de question qu’elle se mêle de ce qui ne la regardait pas. Surtout, quand la personne sous ses yeux lui était de toute part étrangère. Certes, elle connaissait son prénom, mais ça ne lui donnait pas le droit de poser la moindre question indiscrète. Néanmoins, elle avait tout de même eu la gentillesse de lui porter secours alors cela pouvait-être normal de... Tiraillée, Aya se pinça la lèvre inférieure. Tant pis, elle serait tout aussi impolie si elle ne se souciait pas de l’état d’une personne. Ainsi, c’est avec une pointe d’hésitation que la brune s’adressa encore une fois à la blonde.

-Pardonne mon indiscrétion, mais tu me parais fatiguée. Peut-être…

La jeune fille fut coupée dans son élan en entendant  l’orage gronder dangereusement. Soudain, il plut des cordes et à travers l’une des fenêtres, on put voir un éclair passer. « Eh bien, je plains ceux, qui sont dehors… » Songea-t-elle avant de reprendre légèrement déconcertée.

-Hm, que disais-je ? Ah oui, bien que je sais moi-même que c'est irritant lorsque une personne s’occupe des affaires des autres… Je t’aurais conseillé d’aller te reposer. Enfin, du moins,  jusqu’à maintenant.
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...[P.V Miyuki]   Lun 19 Mai - 7:42




Feat. Aya
Altruisme.

I'm here. Let me help you !
L'ambiance était très calme. Ce qui était super dans cette bibliothèque, c'est l'atmosphère y était toujours calme et posée. Même si elle était bondée, chacun faisait son maximum pour ne pas faire de bruit et respectait le silence. Après tout, la parole est d'argent et le silence est d'or, n'est-ce pas ? Miyuki adorait ce genre de citations. Elle n'avait jamais vraiment su ce qu'elle aimait dans les citations philosophiques. Mais bon, après tout, c'était comme ça, hein.

Quand l'étudiante tendit le livre à la jeune fille, celle-ci afficha une mine étonnée. Elle semblait en réalité, ne pas l'avoir vraiment remarquée. Elle rangea sa règle utilisée comme "extension de bras" dans son sac avant de s'adresser à la blondinette altruiste.

« Oui, c’est bien « Songe d’une nuit d’été » que j’essayais d‘attraper en vain comme tu t’en doutes… »

Là, elle se stoppa quelques secondes et lâcha un petit rire aigu avant de poursuivre.

« Ah mais,… Excuse-moi ! Je ne t’ai toujours pas remercié alors que sans toi je ne sais pas comment j’aurais fais. »

Puis, la jeune fille eut un geste qui étonna Miyuki. Elle lui prit la main et continua de parler. Cela lui donna légèrement l'impression qu'elle venait de lui sauver la vie, alors que pas du tout.

« Tu peux m’appeler Aya… Hm, Miyuki-senpai ? Il me semble ne t’avoir jamais vue dans les couloirs du lycée. Donc je présume que tu es à l’université ? Enfin, qu'importe saches que je te suis reconnaissante. »

Après quoi elle lâcha la main de la blondinette. Eh bien, ça, si c'était pas un remerciement ! Elle allait jusqu'à lui attribuer le suffixe "senpai" après son prénom. L'étudiante ne put s'empêcher de rougir légèrement. Elle se faisait bien trop remercier... Trop de compliments tuent les compliments ! Et ce proverbe marchait avec presque toutes les choses de la vie.

Cependant, Miyuki n'était pas dans son assiette. Elle voulait répondre, mais la force lui manquait. Pourtant, la jeune fille qui se trouvait en face d'elle était visiblement doté d'une grande gentillesse. Pourrait-elle devenir une amie par la suite ? Elle verrait bien ce que le destin lui réserverait... En attendant, la blondinette affichait une mine bien triste. Les questions l'envahissaient... Les questions existentielles, qui lui prenaient tant d'énergie intellectuelle, qu'elle pourrait autrement conserver pour ses cours... Aaah. Ca l'énervait. Et pourtant, elle se posait ces questions naturellement. Parfois, elle ne s'en rendait même pas compte.

La jeune adulte fut sortie de ses pensées par la douce voix de son interlocutrice, qui résonnait encore une fois.

« Pardonne mon indiscrétion, mais tu me parais fatiguée. Peut-être… »

Miyuki sursauta. Le bruit du tonnerre l'avait effrayée. En effet, il pleuvait des cordes dehors, et un éclair pourfendit le ciel de son éclat. Le genre d'orages qui faisaient peur à la blondinette. Elle n'avait jamais aimé ça, de toute façon. Mais son attention fut vite redirigée vers sa rencontre, qui poursuivit sa phrase.

« Hm, que disais-je ? Ah oui, bien que je sais moi-même que c'est irritant lorsque une personne s’occupe des affaires des autres… Je t’aurais conseillé d’aller te reposer. Enfin, du moins, jusqu’à maintenant. »

Bon, allez. Elle devait répondre. Elle ne pouvait pas se permettre de rester muette. Après tout, elle l'avait aidé. Forcément, après, la brunette allait entamer la conversation. Et l'étudiante était assez polie et trop bien élevée pour juste s'excuser et partir le plus vite possible. Bien qu'elle aurait aimé le faire. Ah ça oui. Mais non. Maintenant, elle devait prendre la parole, un peu. Miyuki répondit alors, d'une voix très légèrement traînante. Elle se forçait à montrer le meilleur d'elle-même.

« Tu as raison, je suis bien à l'université. En 2ème année de licence de Médecine. C'est vrai qu'aujourd'hui je suis fatiguée. Mais c'est juste cette nuit où j'ai eu un peu de mal à dormir. Ca va. Tu peux simplement m'appeler Miyuki, ou Miyu', si tu veux. Cela ne me dérange pas. »

Elle avait menti. Ça ne faisait pas qu'une seule nuit qu'elle avait mal dormi. C'en était plusieurs. Mais jamais elle ne l'aurait dit à cette jeune fille. Elle espérait juste qu'elle ne devine pas son mensonge. Elle espérait juste qu'elle n'insisterait pas... Même si quelque part, parler lui ferait du bien. Mais elle ne voulait pas. Elle voulait juste craquer, pleurer un bon coup, peut-être avoir un élan d'autodestruction, puis se lever un bon matin et repartir. Oui, c'était le plan qu'elle allait mettre à exécution.
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
avatar
☆☆★★★

Dossier Scolaire

CONTRÔLES PASSÉS : 191
CHAMBRE : 101


MessageSujet: Re: Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...[P.V Miyuki]   Dim 8 Juin - 11:26






Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...~


Aya Ryuichi Feat Miyuki Harusame


Parfois, elle se sentait particulièrement stupide. Combien de gens sensés  rappelaient-ils qu’il fallait tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de l’ouvrir ?  Combien ? Une claque mentale, voilà tout ce qu’elle s’infligea en regrettant amèrement ses paroles.  Elle qui prônait la politesse et qui en avait fait un principe, voilà qu’elle bafouait cette règle. Comment pouvait-on être aussi idiote pour faire remarquer à une personne ( une inconnue de surcroît)  qu’elle avait mauvaise mine ?  Dieu, elle ne se pardonnerait pas cette erreur. Néanmoins, la lycéenne garda à priori son calme habituel se promettant de se rattraper auprès de sa bienfaitrice.

Lorsque la réponse arriva, Aya sembla soulagée. La blonde n’était en rien obligée à répondre à des questions aussi indiscrètes et malvenues pour une première altercation. Pourtant, elle le fit. La brunette sourit légèrement hochant de la tête. Son sens de l’observation, certes pas le plus élevé, releva, néanmoins,  que la blondie se forçait à répondre (de son mieux). Plutôt compréhensible, sachant qu’elle n’avait pas le moral du tout à cause d’une mauvaise nuit. Seulement, n’y avait-il qu’une mauvaise nuit derrière ses cernes et ce regard disons… Affaissé ? Songeuse, Aya ne s’éternisa pas sur la question. Cela ne la concernait de toute évidence pas. Et puis, de toute façon n’en avait-elle pas déjà fait assez en lui soulignant sa mauvaise mine ?  Bien, il ne restait plus rien d’autre à faire que de clore cette discussion. Elle n’allait pas forcé davantage la jolie blonde à en dire plus. Toujours,tout sourire la brune reprit la parole avec sa délicatesse.

-Dans ce cas, enchantée Miyuki. Tu fais donc des études de médecine ? Ça doit être passionnant !  Je suis encore désolée de t’avoir dérangé avec ma question un tantinet déplacée. J’espère, sincèrement, que tu dormiras mieux cette nuit. Termina-t-elle en remettant une mèche de cheveux en place.

Que dire d’autre ? Rien ? Devait-elle s’en aller sans rien dire de plus ? Non, elle risquait d’être encore plus impolie. Cependant, le malaise de son interlocutrice commençait à l’envahir peu à peu. Il fallait qu’elle trouve une phrase, n’importe quoi. Enfin non, pas n’importe quoi. Surtout pas.  S’enfoncer encore plus ne lui ressemblait pas. Comment avait-elle pu tomber dans une situation aussi embarrassante ? Bien entendu, continuer la conversation lui aurait fait plaisir. Elle aimait parler, même si cela ne durait qu’un temps. Mais, elle pouvait aisément ressentir lorsque les gens n’avait pas l’envie de bavarder. Alors, Aya allait lui éviter cette tâche qui, elle le savait, pouvait  se révéler pénible.

La cloche sonna. Une heure venait de s’écouler depuis sa chasse aux livres. Le temps filait à une vitesse ahurissante pensa-t-elle. La brunette reposa un regard sur ses bouquins puis sur son interlocutrice. Bien, il était peut-être temps qu’elle se mette au travail. Sinon, qui le ferait ? Enfin bref. Aya reposa son attention sur la blondinette qui elle aussi devait sûrement avoir du travail à faire de son côté.

-Le temps passe vite n’est-ce pas ? Dit-elle en soupirant légèrement. J’aurais aimé pouvoir discuter plus longtemps, mais je dois hélas m’avancer sur un rapport. Peut-être à une prochaine fois ? En tout cas, c’était un plaisir d’avoir discuté en ta compagnie Miyuki ! Ponctua-t-elle gaiement avant de s'éloigner.

Toujours polie, peut-être un peu trop (surtout lorsque leur conversation ne se résumait qu’ à quelques phrases). Néanmoins, Aya ne pouvait pas s’en empêcher c’était plus fort qu’elle. La jeune fille fit un dernier signe de la main à la blonde avant d’aller à une table. Qui sait ? Peut-être bien qu’elle aurait l’occasion de la recroiser dans d’autres circonstances ? Enfin, pour l’instant, elle avait un rapport à rédiger. Et, malheureusement, le travail n‘attendait pas.

[Hrps : Voilà, j'espère que la réponse te conviens. Je suis désolée pour l'attente et si cela ne te dérange pas je te laisse clore notre rp. ~ ♥] 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Parfois, un peu d'aide ce n'est pas de refus...[P.V Miyuki]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» ALBA: Aide en matiere energetique et sanitaire
» Plus de 85 % de l’aide étrangère à Haïti sont gérées par les ONG selon Jean Max
» Firefox aide à l'orthographe
» Haïti refuse un cargo d'aide alimentaire mexicaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha High School :: Bibliothèque-